Afin d’estimer les flux d’anguilles dévalantes sur la Touques, une étude a été menée par le pôle AFB-INRA en collaboration avec la Fédération du Calvados pour la pêche et la protection du milieu aquatique.

Print Friendly, PDF & Email
Partager

Etude des flux d’anguilles dévalantes sur la Touques

Afin d’estimer les flux de migrateurs sur les stations de comptage où les poissons ne peuvent être dénombrés de manière exhaustifs (couverture du dispositif d’observation inférieure à la largeur/hauteur du cours d’eau, présence d’un bras de contournement ou d’un bief, efficacité du dispositif dépendante du débit ou de la turbidité), le pôle AFB-Inra a développé une approche type boite à outils applicable à des cas de figure très divers en terme de dispositif de comptage (piège, vidéo-comptage, scanner infra-rouge, …) ou d’espèces étudiées.

Cette approche est composée de deux étapes :

  • dans un premier temps, une caméra acoustique ARIS (propriété du pôle AFB-INRA Gest’Aqua) est installée pendant 5 mois en parallèle de la station de comptage (à proximité immédiate) ;
  • après la période d’observation, les données issues des deux dispositifs de comptage (dispositif existant à la station de comptage et ARIS) sont couplées et utilisées dans un modèle hiérarchique bayésien pour estimer le flux de migration et la probabilité de détection du dispositif existant et de la caméra acoustique.

En collaboration avec la fédération de pêche du Calvados, cette approche a été testée en 2017 sur la station de vidéo-comptage de Breuil en Auge sur la Touques pour estimer le flux d’anguilles en dévalaison. Entre août et décembre 2017, la caméra acoustique a donc été installée en amont de la station de vidéo-comptage (voir photo ci-dessous).

Touques anguilles

Au bilan, 584 anguilles ont été vues en dévalaison au vidéo-comptage sur l’année 2017 et pendant les 5 mois de couplage 2339 anguilles dévalantes ont été vues grâce à la ARIS. Ces données ont ensuite été intégrées dans le modèle qui estime que, sur l’année 2017, l’efficacité de la station de comptage de Breuil en Auge pour les anguilles dévalantes était en moyenne de 8% et qu’il y a eu entre 6319 et 7559 anguilles dévalant à Breuil en Auge.

La faible efficacité estimée par le modèle de la station de comptage est cohérente avec la configuration de la passe à poisson qui a été créée pour les salmonidés et non pour les anguilles en dévalaison. Cette approche a également permis d’estimer la dynamique migratoire de l’anguille en dévalaison sur la Touques grâce aux estimations du flux journalier (voir figure ci-dessous).

graphique anguille Touques

Les différentes phases de tests ayant permis la validation de l’approche en conditions réelles, il a été décidé de proposer cette approche aux gestionnaires de stations qui seraient intéressés. Pour cela  une journée d’information et de formation sur l’approche sera proposée par l’INRA courant novembre 2018 à l’INRA de Rennes.

 

Leave a reply